Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4995(f. 131)« Sire compains Aiol[s], dous amis, c’or n’i fustes ! »

CXXVII[1]

Tabors poinst et brocha le destrier u il sist,
Un[s] paiens de put aire qui ainc Dieu ne crei,
Et Ylaire[s] le sien fierement ademis ;
Vait ferir le paien, mie nel mescoisi
5000Que l’escu de son col li quassa et fendi,
Et l’auberc de son dos desmailla et rompi ;
Par mi le gros del ceur son boin espiel li mist,
Toute plaine sa lanche l’abati mort sovin,
Puis escrie Monjoie, l’ensenge saint Denis :
5005« Sire compains Aiols, car n’i fustes vos chi !
« S’ils fuissent .xxxiiii., n’en escapast .i. vis. »
Et Jobers fiert le quart del branc d’acier forbi
Pardes(o)us les espaules si que la teste prist.
Ingresains, Ingernars et Ingrans l’ont guerpi ;
5010Cil s’en tornent fuiant tout .i. feré cemin
Tout droit a Pa[n]pelune la cité por garir.
Si s’en entrerent ens corechous et mari(s) :
Li Sarrasin dedens sont trestout estormi.
Il s’en vont adouber enfressi c’a .vii. vins ;
5015Il vestent les aubers, lacent elme[s] brunis,
Et çaingent les espees dont li branc sont forbi,
Et pendent a lor caus les escus [a flours] bis,
Et montent es chevaus corrans et ademis ;
Par la porte s’en issent fierement a .i. brin.
5020Les nos ont encauchiés tout .i. feré cemin ;
Quant il vinrent el bos, si sont arier verti :
Il se criement d’agait que por aus ne soit mis.
Agait i avoit il, mais molt estoit petis :
N’i avoit fors Aiol qui s’estoit endormis.
5025Et Jobers et Ylaires li chevalier(s) gentil,
Quant il virent paien ariere revertir,
Fierement lor trestornent le pendant d’un lairis :

  1. — 4996 Tabarin point et broche — 5007 et 5025 jobert — 5009 et ingrant et grenoart — 5014 .viixx. — 5025 les ch. gentis