Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Nos cevaus et nos armes i conduisons
« Et soions en la tere, s’i sejornons.
« Par le mien ensiant ja n’en venrons
4555« Tant c’arons fait bataille vers les felons
« Dont par la tere ira molt grans renons. »
Et cil li respondirent par grant amor :
« Sire, a vostre plaisir nos en ferons,
« Car ja por nule riens ne vos faurons :
4560« Mais faites vo voloir, nous l’otrions. »

CXV[1]

Li troi baron repairent quant orent consellié :
Si sont assis es rens des barons chevalier[s].
Encore se demente li rois qui Franche tient :
« Baron, » dist l’enperere, « por les sains desosiel,
4565« Dont ne troverai jou en ma cort chevalier
« Qui voist a Panpelune mon message nonchier ? »
Encor se teurent tout Alemant et Baivier,
Et Normant et Breton et Flament et Pohier :
Mal de(l) cel qui osast ne lever ne drechier,
4570Tant doutent Sarrasins et cel roi Mibrien.
Aiol[s] li fieus Elie est sailis sus en piés :
En trestoute la cort n’ot plus bel chevalier
Ne nul miex acesmé ne mieus aparellié
Ne mieus sache parolle a preudome nonchier.
4575Devant le roi de Franche s’en vint ester en piés,
Si hautement parla que on l’entendi bien :
« Sire drois enpereres, faites pais, si m’oiés ;
(f. 128)« Sarrasin vos gueroient, si en estes iriés,
« Et sont a Panpelune par forche hebergié(s).
4580« Jou et mi compaignon qui molt font a prosier
« Que vos m’avés, biaus sire, donés et fianciés,
« Irons a Panpelune vo message nonchier
« Et de la vostre part vo tere calengier.
— Amis, » che dist li rois, « ne peut estre otroié(s) :
4585« Vos m’avés de ma guere richement trait a cief,
« Ne vos vauroi[e] perdre por la chité d’Orliens ;

    — 4556 grant

  1. — 4573 nus