Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4485— Sire, » che dist Makaires « qui le desfent ?
« Tant li donrai destriers et garnimens
« L’acord[anch]e en ert faite a son talent. »

CX[1]

— Sire, » che dist Makaires, « por Dieu, merchi !
« Tant li donrai destrier et vair et gris,
4490« L’acordanche en ferai a son plaisir.
« Puis irai a Lossane dont je vi(e)ng chi ;
« Jamais ne quirc entrer en ces pais.
— Tais, glous, » dist l’enpereres, « n’ert mie ensi :
« Jamais en ton vivant n’iras de chi,
4495« S’Elie mon serouge ne me rens vif.
« Fieus a putain, parjures, fel Dé(x) menti[s],
« Tu l’encachas a forche de ces pais,
« Si le fesis de Franche a tort banir. »

CXI[2]

Loeys apela contes et dus ;
4500Si lor a escrié a molt grant hu(s) :
« Prendés moi che glouton, che Dieu parjur,
« Sel jetés en ma cartre el font la jus. »
Et il si fissent senpre, n’atargent plus.
Li saint sonent as vespre[s], si i vont tuit :
4505Par toute la chité leva li bruis :
(c)Che dient qu’ai cor[s] furent, qui l’ont veu,
Li boin[s] destrier[s] Aiol a tout vencu.

CXII[3]

Li rois ist del moustier, se gent après.
Et prist l’enfant Aiol par le mantel.
4510Che dist roi[s] Loeys al damoisel :
« Des chevaus c’as vencus m’est il molt bel ;
« Or serés compaignon, vous et Jobert,
« Ylaires ert li tiers de Saint Lambert :
« L’autre jor m’en proierent a saint Marcel.
4515— Sire, » che dist Aiol[s], « si com vous plest ;
« Des que vous le volés, molt m’en est bel. »

  1. — 4495 vis