Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Encore tenoit il son branc letré :
S’en ala le glouton .i. caup doner,
Amont par mi le cief l’a encontré,
4420Enfressi que es dens li fist couler,
Que mort l’a abatu et craventé :
« Outre, » fait il, « lechieres, n’i garirés ;
« Comment que li plait prenghe, chi remanrés :
« Jamais s’o[n] ne vos porte ne leverés.
4425« A vos me sui paisiés et acordés :
« Or ai mains d’anemis en ce resné :
« Dieus me consaut des autres par sa bonté ! »
Et quant che voit Makaires, s’en fu irés ;
A sa vois qu’il ot haute prist a crier :
4430« Ou estes vos, » dist il, « mes parentés ?
« Vos qui de moi tenés bours et chités,
« Dont n’avés vous veu cest avolé,
« Qui mon neveu m’a mort et afolé
(f. 127)« Et a mes ieus voiant l’a chi tué ?
4435« Se il vis en escape bien peut vanter,
« Tous les jors de sa vie s’en peut gaber. »
Et cil ont respondu : « N’en peut aler. »
Plus furent de .l. d’un parenté
Des neveus Guenelon et de Hardré
4440Et des pare[n]s Makaire le desfaé.
Aiol corurent sus par grant fierté :
Mais il n’eurent nul[e] arme la aporté,
Qu’il quidierent Aiol as puins combrer :
Mais il tenoit encore le branc letré.
4445Ens es parens Makaire s’est mellés,
A destre et a senestre prist a capler :
Cui il consieut a cop ne peut durer,
Ja mar mandera mire pour lui saner.
Plus en a de .xiiii. ileuc tués :
4450Li saudoier Aiol l’ont esgardé
Cui il avoit l’avoir abandoné,

    — 4448 Jamai