Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4345Et Marchegai l’enporte par grant fierté :
Qui li veist les autres tous trespaser !
Il fait les pieres fendre et fu voler
Que les esclos en fait estincheler,
Les grans et les petis tous trespasser :
4350Venus est a Makaire, si l’a outré.
Et quant Aiol[s] vint outre, qu’il ot passé,
Fierement le regarde, si a crié :
« Sire, » che dist Aiols, « car vos astés,
« Vostre corant destrier(s) esperonés !
4355« Venés .i. poi plus tost, se vos poés,
« Car che vous di je bien par verité
« Se vous venés si lent, vos perd[e]rés. »
Aiol[s] li fiex Elie a tant alé
Que il vint a le porte de la chité :
4360Desor le pont de Loire s’est arestés,
Et regarda ariere devers les prés :
(c)Vit les chevaus de Franche tous arestés ;
Mais li destrier[s] Makaire est si menés
Qu’il ne se peut movoir ne remuer :
4365Par gas i sont venus cis baceler,
Sel vont batant de fust et de tinés,
La coe li manachen[t] a recoper
Et recreant ronchi l’ont apelé.
Aiols fu a Orliens la fort chité :
4370Chevalier et borgois l’ont esgardé,
Et dist li uns a l’autre : « Molt est chis ber !
« Molt par l’a bien Jesu enluminé.
« Mieus samble Karlemaigne que home né :
« Je quic qu’est del linage, del parenté ;
4375« Car pleust Dameldé de majesté
« Que Makaires eust le cief caupé
« Et fust as vis diables tous commandés,
« Et cis eust de Franche la duceté
« Que tint li dus Elie qui tant fu ber.
4380« E Dieus ! com il seroit bien recetés
« Quant il si par tans maine tel barné. »