Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Lusiane sa fille l’a apelé.
Ele li court encontre por demander :
4275« Comment est del cors fait que pris avés ?
— Bele, » che dist Aiol[s], « bien le verés
« Ançois que li solaus soit esconsés. »
Aubregon et cuirie a leus combrés :
De traison se crient li bachelers ;
4280Maintenant l’a vestu et endossé,
Et après une cote de grant cierté
De vermel escarlate, li pan sont lé ;
Çaint une grant espee al puin doré
Si par desous le cote que point ne pert,
4285Et jure Dameldé de majesté :
« Teus me pora anqui orgeul moustrer,
« La aval a cel cors en mi che prei,
« Vos m’i serés compaing al desevrer. »
Au cors en est venus tous abrivés ;
4290(f. 126)Par de joste Makaire s’est arestés
Tant que Loeys fist les cors soner,
Ses olifans bondir et acorder.
Qui dont ot boin ceval nel pot celer :
Cascuns voloit le sien mieus esprover.
4295L’enperere meismes estoit es prés :
Quant il les vit de core bien aprestés,
A haute vois s’escrie : « Baron, montés !
« Cil qui ançois venra en la chité
« Et sor le pont de Loire pora monter,
4300« S’il en a tesmongaje de mon barné,
« Ill avra gaingié et conquesté
« .m. mars de blanc argent et .c. d’or cler,
« Et des chevaus fera sa volenté. »
Adont parla Aiol[s] comme senés :
4305Il a dit a Makaire : « Vous moverés :
« Vous estes riches dus de parentés,
« Je sui uns hom(e) estrange d’autre resné,
« Si sui venus al roi por saudoner ;
« Et por chou, s’il vos plaist, que miex valés