Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3995S’apuioient al mur por lui veir,
Et Tornebeuf s’en torne, ainc n’i prist fin
Jusc’a le maistre sale roi Loeys.
Onques n’i ot portier n(e)’ huissier de pris
Qui les huis li ossast contretenir.
4000L’enperere de France al mangier sist ;
Lors a pris[e] le make li glous qu’il tint,
(f. 124)Si le fiert a .i. marbre quel fait croisir.
Ains n’i ot chevalier ne tressaillist,
Meismes l’enperere qui Franche tint :
4005Quant il regarde Aiol en mi le vis,
C’est cil de ses barons u plus se fit.

CI[1]

Molt est grande la cort, plaine la sale :
Assés i ot de princes et de barnage.
Atant es le gloton cui Dex mal face :
4010Il a levé en haut sa grande mace,
Si le fiert a .i. marbre qu’en croist la sale.
Ains n’i ot chevalier qui n’en tressaille ;
Aiol[s] devant le roi tenoit .i. madre :
Isnelement l’asist desor la table.
4015Venus est au glouton, dist lui en haste :
« Trai toi en sus, lechieres, Dex mal te face !
« Ne faire nul desroi par ceste sale :
« Ja t’aroi[e] batu si com un asne. »
Et respont Tornebeuf : « Je sui message
4020« Al fort roi Mibrien, celui d’Arabe,
« Qui m’a chi envoié a ceste marche :
« Ja dirai, par mon cief, tout mon message.

CII[2]

— Amis, » che dist Aiols, « es messagiers ?
« Di dont de tes noveles : que vieus ? que quiers ?
4025— Je suis mès de Nubie roi Mibrien ;
« Je ne doi avoir garde ne mal ne bien,
« Ne doi estre batus ne laidengiés.
« Il m’a a Loeys cha envoié(s) :

  1. — 4009 que
  2. — 4024 tel