Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dessi a l’endemain qu’il esclairi.
Li messages saut sus tous estordis,
3930(c)Molt li deulent les os por le dur lit.
Il jure Dameldé qui ne menti :
« Si j’estoie ore en Franche en mon pais,
« Jamais en ceste tere ne quier venir.
« Molt a lonc tans esté cis dus kaitis ;
3935« Bien devroit trestout ceus de mort air
« Qui si l’ont de son resne a tort fors mis.
« Ne vous esmaiés mie, frans dus gentis :
« Ja n’ert cis ans passés ne acomplis
« Que vous arés tout quite vo pais. »
3940Il ist de l’hermitage, s’a congiet pris,
Enfressi c’a Orliens tost s’en revint.

XCVIII[1]

Or fu Elies riche et sa mollier(s),
Et li mès est en France repairiés :
Aiol[s] le voit venir, molt en fu liés ;
3945Il est alés encontre, se l’a baisié,
Demande de son pere com se contient,
Et cil respondi : « Sire, en nom Dieu, bien ;
« Mais forment est li ber afebloiés :
« Por amor Dieu vous prie que li aidiés.
3950— Volentiers, » dist Aiol[s], « par le mien chief ;
« Mais je te voil desfendre, dire et proier,
« Si com tu viens johir de m’amistié,
« Ja com vive mon pere ne dites nient
« A borgois n’a sergant n’a chevalier
3955« Ne a nul home en tere qui soit sousiel.
— Non ferai jou, biaus sire, par le mien cief :
« Ja nel dirai a home qui soit sousiel,
« A neveu ne a oncle ne a mollier :
« Ançois me laisseroie mal atirier. »
3960Aiols fu preus et sages et ensengiés ;
Sa deserte ne vaut pas oublier :

  1. — 3946 Demandel — 3953 La convine mon pere