Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Bien l’aime Loeys l’enperreour
« Plus que nesuns des autres de sa maison.
(b)« Ches[t] destrier vous envoie de grant valor,
3895« Et de deniers .c. livres que jou ai tous. »
Quant l’entendi Elies, li gentiex hon,
Ne se tenist de plor por tout le mont.
Il ploura de pitié et de douçor ;
Entre lui et Avisse grant dolor font.

XCVII[1]

3900Quant la dame ot parler de son bel fil,
Del ceur qu’ele ot el ventre jete .i. souspir,
Et ploura tenrement des iex del vis :
« Di moi, frere message, se Dex t’ait,
« Parla onques mes enfes a Loeys,
3905« Et s’en la maistre court onques se mist ?
« Il s’en ala molt povres, nus et mendis.
— Oil, » dist li messages, « se Dex m’ait :
« Molt est boins chevaliers Aiols vo[s] fis ;
« Le conte de Boorges l’autre jor prist,
3910« .iiii. chevalier[s] autres le jor ochist
« Et fina de sa guerre roi Loeys
« Dont onques mais ne pot a chief venir.
« Che destrier vous envoie corant de pris
« Et de deniers .c. livres de paresis,
3915« Et de dras plaine male pour revestir
« Et vos et son chier pere, le duc gentil. »
Il prent le grant avoir, se li rendi :
Avisse la ducoisse le requelli.
Li mangiers fu tous prest si com s’en vint ;
3920Assés orent pain d’orghe, aigue del riu :
Il ne vivoient d’el en ces pais.
Quant il eurent mengié, si font les lis ;
Mais si grande poverte les ot souspris,
Li messages n’o[t] kieute, neis un cousin,
3925Fors la mosse del bos qu’il estendi,
Et a saisi .i. grés c’a son cief mist :
Il se torne et retorne, ne pot dormir