Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

XCV[1]

(f. 123)Li messagiers s’en torne tost et esrant.
Il fu preus et cortois et molt vaillant ;
3860Torsé ot les .c. livres sor l’auferant.
Il a trespassé Blois premierement
Et est venus a Tours la chité grant.
Si a fait ses journees, je nen sai quant ;
Tout son chemin esra plenier et grant,
3865Et vint a le capele de Mongaiant :
Ileuc trova Elie le gentil franc
Et se gente mollier al cors vaillant ;
L’ostel li demanda de maintenant :
« Sire, herbergiés moi por Dé(x) le grant,
3870« Por le premiere joie de Belleant
« Dont nostre sire fu aparissant.
— Volentiers, » dist Elies, « venés avant. »
Li messagiers dessent de maintenant :
Jouste le duc s’asist desor .i. banc.
3875Ja li dira noveles de son enfant
Dont il ara son ceur lié et joiant.

XCVI[2]

Li messagier[s] dessent qui fu preudom.
Elies l’apela, mist le a raison :
« Maistre, » che dist Elies, « dont estes vous ?
3880— Sire, je suis d’Orliens, le maistre bourc.
— Veiste[s] .i. mien fil, biaus amis dous,
« Un enfant de boin aire, s’a non Aiols ?
« Je li cargai mes armes et mes adous :
« Si l’envoiai en Franche a le roi court,
3885« Mais molt i ala povres et besoignous
« Et desgarnis de dras et soufraitous.
« Ne sai se a nul jor mais le verons.
— Certes, » dist li messages, « che savons nous.
« Molt est boin[s] chevaliers vos fiex Aiols :
3890« Le conte de Boorges prist l’autre jor ;
« .iiii. chevaliers autres ochist tous sous ;

  1. — 3874 J. li
  2. — 3878 la a