Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3480Andeus jointes ses mains, ses hon devint ;
De lui reçut se tere et son pais.
L’enperere de Franche l’omage en prist ;
Es les vos acordé[s], si sont ami(s)
Par si faite maniere com vous ai dit.
3485Li traitor de Franche en sont marit.
Makaires de Lossane, li Dé(x) mentis,
Li malvais losengier[s], quant il chou vit,
Por .i. petit de deul n’esrage vis.
Molt tost s’en vint corant a Loeys :
3490De ses losengeries vaura servir.

LXXXVIII[1]

Li quens fu delivrés et clamés quites :
En sa tere s’en va trestout delivres ;
Avoec lui en remaine de son enpire
Chou qu’en l’estor en fu remés en vie.
3495L’enperrere de Franche conduit l’en livre
Enfressi c’a Orliens la chité riche.
Aiol[s] remest al roi de Saint Denise ;
(c)Loeys l’en apele, prist lui a dire :
« [Biaus] amis, dont es tu ? ne mentir mie.
3500— Sire, jou de Gasconge, de Mont Olive.
« Mes peres gist malades en fremerie ;
« Faillis li est avoir[s] et man[an]tie :
« Bien a .xv. ans ne fist chevalerie,
« On l’apele Gautier de Pont Elie.
3505« Il m’envoia en Franche por querre aie,
« Et ving ersoir a prime en ceste vile,
« Ciés Ysabel le franche et le nobile :
« Por amor Dieu me fist herbergerie ;
« Damelde[x], se li plaist, il li merisse !
3510« Mais d’aler a la court ne sai que dire,
« Por riches garnimens que nen ai mie ;
« Je n’ai pelichon vair ne gris hermine :
« Si crien que vo François ne m’escarnissent.

  1. — 3504 mont elie cf. 2088 — 3507 ysabiaus