Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3410« Que ja par .i. seul home n’ere vencu[s] ;
« A la rike bataille ne fauras tu.
« Mais or me di ançois dont es venu[s]
« Et de con faite gent tu es issus,
« Que si as mon barnage hui maintenu :
3415« Tu m’as les Beruiers tous confondus,
« Le conte de Bohorges m’as retenu ;
« Por Rains ne por Biavais ne por Leun
« Ne fusse jou si liés, che saces tu ;
« Moi qui sui rois de Franche as abatu
3420« Et d’une part et d’autre m’as tu feru.
« Desqués vauras tu estre, diras le tu ? » 
Quant l’entendi Aiol[s], dolans en fu :
Il a mis piet a terre, s’est dessendu :
« Sire, por Dieu, merchi, car vostre hon sui ;
3425« Nel fac a ensiant, merchi Jesu !
(f. 120)« Montés isnelement par grant vertu.
« Beruier sont destruit et confondu :
« Grans eskiés nous i est chi remansu[s]
« Quant li quens de Boorges vos est rendu[s]. »
3430Quant l’entendi li rois, molt liés en fu.

LXXXVI[1]

Vencue est la bataille et li tornois.
Le conte qui la guerre dut maintenoir
Par le puin le rendi Aiol[s] al roi :
« Vous estes mes drois sires, jel sai de voir ;
3435« Je vos renc or che conte sor vostre foi
« Que nel menés a tort ne a belloi :
« Raenchon en prendés, jel vos en proi.
— Si fera jou, biaus sire, » che dist li rois.

LXXXVII[2]

Le conte de Boorges a li rois pris :
3440Hugon et Nevelon tost le rendi :
« Signor, gardés le nous, » li rois a dit ;
« Menés l’ent a Orliens, ma boine chit,
« Et soit mis en la cartre el font gesir :
« Car me guerre est finee, Dieu merchi,