Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Et si jel laisse aler, j’ere entrepris :
« Car che dira li rois de Saint Denis
« Que j’avroie del conte grant loier pris ;
3345« De traison seroie retés toudis.
« Je ne voil mon corage nient jehir
« Tant c’arai fait bataille et contes pris
« Et cenbiaus maintenus et envais.
« Toutevois l’iert rendus, n’en peut garir ;
3350« Mais g’i avrai ançois boin convent pris
« Qu’en prendra raenchon de boin or fin,
« Chevaus et palefrois, destrier[s] de pris ;
« Et se a l’acordanche ne puis venir,
« Tout atant li porai mal plait bastir.
3355« Par icel saint signor qui le mont fist,
(c)« Ains que li quens i soit mors et ochis
« I ferai jou mil cos del branc forbi,
« Car mon cousin germain ne puis faillir. »

LXXXIV[1]

Aiols ot pris le conte par vigor,
3360Sel delivra Gerart .i. vavasor
Et Gautier et Hugon et Nevelon.
« Signor, » che dist Aiol[s], « gardés le nous :
« G’irai en la bataille tout a estrous :
« S’auques i puis conquerre, s’i (i) arés prous. »
3365Il garda en la presse selonc l’estor
Et coisi Loeys l’enpereour ;
Cuida as chieres armes qu’il fust des lor :
Encor(e) n’i connoist lance ne gonfanon,
Ne set qui est Flamens ne Brabençon,
3370Ne ki est Poitevins ne qui Gascon :
Mais as plus beles armes se prent le jor ;
La u voit les plus riches et les millors,
Esperone ses cors, a[s] belissor[s] :
N’a cure de jouster as noelor[s].
3375Belement vi(n)t armé(s) (sor) l’enpereor :

  1. — 3369 flamenc — 3373 Le esp. son