Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3305« Signor, gardés le nous, » Aiol[s] a dit,
« Si en fera li rois tout son plaisir. »
Et cil ont repondu si feront il.
« E las ! » che dist li quens, « com sui trais !
« Elies, biaus dous oncles, je sui honis.
3310« A tort fustes cachiés de ces pais :
« Si vous desireta roi[s] Loeys.
« Je sui fieus vo seror, se Dex m’ait,
« Dame Marsent la bele o le cler vis.
« Si [ne] peuc cel hontage nient soufrir :
3315« Ains manda mes parens et mes amis,
« Les saudoiers de Franche que poc quelir,
« Si lor fis mes tresors tous departir,
« Si aati de guere roi Loeys :
« Plus de mil de ses homes ai puis ochis :
3320(b)« Ne li fausist la guerre tant com fust vis,
« Mais ore est afinee quant je sui pris.
« Bien sai que se li rois me peut tenir
« C’a nule raenchon n’en puis venir,
« Que ne me fache pendre u mal baillir. »
3325Aiols li fiex Elie tout chou oi,
Car près estoit de lui, si l’entendi :
Trestout li sans del cors li est fremis.
« Dameldé, sire pere, » Aiol[s] a dit,
« Qui si faite aventure onques mais vit ?
3330« Bien voi que cis hons est près de mon lin :
« Se il a le parole ne ne menti,
« Fiex fu Marsent (Marsent) m’a[n]tain, bien l’ai oi ;
« Ele fu seur mon pere, jel sai de fi.
« Cis frans quens de boin aire que je voi chi
3335« Por moi a gueroiet roi Loey
« Et ceste ruiste guere a fait por mi.
« Mal gueredon l’en ai, che m’est avis,
« Al da[e]rain rendu quant je l’ai pris :
« Mais je nel connisoie, se Dieus m’ait.
3340« Dex, done m’ent consel par ton plaisir,
« Car se je le retieng mal est baillis,