Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3270Car il n’avoit plus forte en nul pais.
Aiols l’enpoint par forche, qui bien se ti(e)nt,
Que l’escu de son col li a malmis
Et l’auberc de son dos li desronpi :
De joute le costé l’espiel li mist.
3275Molt fu grans aventure qu’en car nel prist
Al grant cop del vasal qui bien feri,
A l’esfors del destrier qui tost li vint,
Et al fort chevalier qui l’enpoint si :
Le poitral de devant li desronpi
3280Et les çaingles desronpent tout autressi ;
Le da[e]rain archon a fait croisir
Et andeus les estriers li a mal mis
Que del corant destrier jus l’abati :
(f. 119)Li quens jut a la tere trestous sovin[s],
3285Del grant coup qu’ot eu fu estordi[s] :
Ne vous en mervilliés s’il fu maris.
Aiols a trait l’espee, si l’a requis :
Amont par mi le cief l’ala ferir
Que les flours et les pieres en abati.
3290S’il ferist autre coup del branc forbi,
Ja li eust del bu le cief parti,
Quant li quens li escrie : « Frans hom, merchi !
« Ja te renc jou m’espee que je tieng chi :
« Mais garde que n’i muire, se Dex t’ait.
3295— Ne sai que vous ferés, » Aiols a dit,
« Car je vos renderai roi Loeys
« L’enpereor de Franche de Saint Denis.
« Vous li avés gasté tout son pais :
« Or refera de vos tout son plaisir,
3300« Si quel veront li grant et li petit. »
Par le nasal de l’elme le va saisir :
Sel delivre Gerart et Amauri,
Hugon et Nevelon et Ahenri ;
Cil sont de la maisnie al roi gentil :

    — 3284 trestout — 3304 Cis