Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3130Il broche le destrier des esperons
Et vait ferir Aiol tout a bandon,
Lés l’alve de la sele près de l’archon
Que sa lanche il mist ens el braon
Par miliu de la quisse .i. poi amont ;
3135D’autre part li fist fendre lés le giron :
Durement est navrés li gentiex hom,
Li sans vermaus li coule sor l’esperon ;
Mais Aiol refiert lui de tel randon
Qu’il li ronpi l’auberc et l’auqueton :
3140(f. 118)Le fie li caupa et le pomon,
Se li trencha le ceur tout a bandon
Que mort l’a abatu jus des archons.
Loeys est as estres li fiex Charlon
Sus el palais plenier en son dongon :
3145Il escrie a ses homes : « Voiés, baron,
« Del povre chevalier que gabion :
« Par saint Denis de Franche, il est preudon.
« Alés vous adouber, sel secorons ;
« Ne voil pas qu’il i muire par mesproison :
3150« Mieus ameroie a perdre Rains et Soison[s]
« Que si boin chevalier i perdison. »
François corent as armes et as adous :
Meismes l’enperere s’arma le jor.
Anqui vaura veir de près Aiol.

LXXX[1]

3155Li cenbiaus fu rendus et li tornois :
François corent as armes tot demanois ;
Meismes Loeys s’arma li rois,
Anqui vaura Aiol de près veoir,
Mais il ne sara mie que ses niés soit.
3160[Et] Sanses et Aliaumes sont a l’estroit,
Il encauchent Aiol a grant esfroi :
Il ne peut de sa lanche mie ravoir :
Il a traite l’espee, fiert demanois,
Et escrie « Monjoie » a haute vois :
3165« Fil a putain, traitre(s), felon revoi(s),