Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Et Sanses en prendra l’escu del col.
— Et je, » che dit Aleaumes, « l’auberc del dos.
— Et je avrai, » dist Foukes, « l’elme sans or :
« Se il se vient desfendre, ja l’avrai mort ;
3100« Cui chaut s’en che fossé remaint li cors ? »

LXXVIII[1]

Nivars torne le resne vers le mescin :
Mais Aiol[s] point et broce, sel vait ferir ;
Desor la boucle d’or qu’il vit luisir,
(d)Perchié li a l’auberc et molt mal mis ;
3105Par mi le gros del ceur l’espiel li mist,
Toute plaine sa lanche mort l’abati.
.c. chevalier l’esgardent grant et petit
Et dames et puceles as cors jentis
Qui trestout le gaboient gehui matin ;
3110Et si font il encore, n’en prendent fin :
« Hé ! Dieus ! li qués fu che qui or chei ?
« Encor(e) voi tout entier vostre escu bis
« Et sor ses .iiii. piés le bai ronchi. »
Lusiane la bele sot bien et vit
3115Que c’ert Aiols li enfes qui jus l’a mis :
Dameldé reclama de paradis :
« Sire pere propisses qui tout fesis,
« Vos puissiés hui cest jor avoir merchi
« De l’enfant d’autre tere qui est mendis,
3120« Qu’il n’a en ceste tere parent n’ami !
« Sain et sauf le ramaine par ton plaisir
« Que il repuist encore parler a mi,
« Car plus l’aim que nul home que Dex feist,
« Ne ja, se je ne l’ai, n’arai mari. »

LXXIX[2]

3125Foucars en apela ses compaignons :
« Estes un poi ichi, signor baron ;
« Che me samble gran[t] honte(s) de cel glouton
« Qui nous a mort Nivart no compaignon :
« Mieus vauroie estre mort que nel vengon. »

    — 3100 Qui