Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2925Que tout envers le fist près tresbuchier :
Mais ainc ne s’en senti li chevaliers,
Car li ber s’en issoit molt volentiers.
Li glous vait a l’ostel, si s’est couchiés :
N’en liet il mais des mois ! Aiol n’en chiet ;
2930Et Aiol[s] s’en issi sor son destrier.
Or le garise Deus li voir[s] del ciel
Qu’il n’i soit mors ne pris ne vergongiés,
Et Dex doinst a tous cheus mal encombrier
Qui tant l’ont ranproné et laidengié !
2935« Hé ! Dieus ! » che dist Aiol[s], « par ta pitié,
« Tant m’aront hui gabé et laidengié !
« Et il seroit mon pere molt grans mestiers
« Que fesisse tel cose vers chevalier[s],
« Dont je fuise honorés et essauchiés.
2940« Or ne lairai por home [nul] desosiel
« Que ne voise ferir tout le premier
« Des .iiii. robeors sans plus targier.
« Se nes puis par mes armes bien justicier,
« Se le lairai ester dont s’il me siet :
2945« N’encaucherai mais home [nul] desousiel,
« Car je n’en sui apris ne ensengiés.
« Dame sainte Marie, » fait il, « aidiés :
« D’ore en avant voil estre vos chevaliers ! »

LXXIV[1]

Li robeor repairent tout a bandon :
2950Tout droit a lor agait arier s’en vont ;
Les lances portent droites encontre mont
Et ont al vent destors les confanons.
De Loeys s’en gabent le fil Charlon
Et bien l’ont escrié desor le pont :
2955N’en osa uns issir de ses barons
Qui s’en alast combatre vers les glotons.
Mais ançois que solaus traie a escons,
Lor convenra parler d’autre raison :

  1. — 2953 De] A, le] li