Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2890« Ja n’en ere batus ne laidengiés.
« Or t’overai la porte molt volentiers,
« Car por la toie amor ai gaiengié.
« Done moi de la ceue de ton destrier :
« S’en ferai une laise a .i. levrier ;
2895« Mes ostes m’en proia des avant hier,
— Volentiers, » dist Aiol[s], « vien le sachier. »
Li lechieres s’aproche vers le destrier,
Li cuivers, li lechieres, mal ait ses ciés !
Il ne le faisoit mie por esrachier,
2900Ains le voloit abatre de son destrier,
Qu’il cuida le vallet jus trebuchier,
Por les grandes risees recommenchier.
Marchegai nel connut, lieve le piet,
Merveilleus coup en done le pautonier :
2905De desous la maiselle le consuié
Que .iii. des mestres cosstes li a brisié ;
Tout envers l’abati sor .i. fomier.
« Cuivers, » che dist Aiols, « a vous blecié ?
— Oil, » dist li lechieres, « et mahangié :
2910« Ne m’en donoie garde del regibier.
« As diables voist hui vostre destrier[s] !
« Ersoir manga avaine, s’est plus aitiés. »
Et respondi Aiol[s] : « Jel quic trés bien. »
Dameldé en jura le vrai del ciel :
2915« Se ne m’[o]evres la porte molt volentiers,
« Tu perdras ja la teste al branc d’acier :
« Ne t’en ga[ri]roit hon qui soit sousiel,
« Quant je voi que proiere n’i a mestier. »
Il l’a sachié del feure grant demi piet.
2920Quant li glous vit le branc reflamboier,
Al pooir que il ot s’est redrechiés,
S’est venus a la porte sans atargier.
Quant il ot le vereil a lui sachié,
(c)Del flaiel de le porte li fiert el cief,

    — 2911 drechier — 2919 la traite