Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2750« La u nous l’enforons en la litiere. »
Quant l’entendi Aiol[s] li frans poingiere,
Belement lor respont a simple chiere :
« Car me laisiés en pais, putains sorchieres,
« Que Jhesu vous confonge li droiturieres ! »
2755Lors s’en torna Aiol[s] lés la riviere,
Dameldé reclama et puis saint Piere.

LXXII[1]

Des or chevauce Aiols grains et maris,
Por chou qu’il s’ot gaber et escarnir ;
Mais il fu chevalier[s] preus et gentis :
2760Si ne li caloit mie de tous lor dis.
En endurer le met et en soufrir,
Car Elies ses peres li avoit dit,
Si l’en ot castoié et bien apris,
Que li hom qui plus tenche plus est honis.
2765Cent garchon(s) le porsievent grant et petit,
Et li getent chavates et caillaus bis,
Et pomon et caronge et merde ausi.
« Enfant, » che dist Aiols[s], « tornés de chi :
« Ne vos caut a gaber hom[e] entrepris.
2770« Je sai a ensiant que sui mendis :
« Si n’ai en ceste tere parent n’ami.
« Alés a vos osteus, les vos merchis :
« Jhesu le vos pardoinst qui ne menti.
« Certes je m’ai molt chier, qui qui m’ait vil.
2775« Ahi ! biaus sire pere, tu me desis :
« Caitif d’autre contree convient tapir. »
Li auquant s’en tornerent que pités prist,
Por chou que belement lor respondi.
Aiols vint a le porte devers Berri ;
2780(c)Si fesist il a l’autre se il vausist,
Car il n’estoit [ne] ivres ne estordis.
Et trova le portier quil dut servir
Sor un peron de marbre u il se sist.

  1. — 2759 gentil — 2761 le vieut et — 2765 Cens — 2781 esdordis