Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Trés par mi le grant presse s’en va fuiant :
Li borgois de la vile le vont huant,
Et li un et li autre le vont criant :
« Trové avés vo maistre, dame Hersent,
2720« Onques mais ne veimes home vivant,
« Qui vos ossast respondre [ne] tant ne quant. »
Atant es Hagenel le souduiant,
Baron estoit Hersent le mal parlant :
U que il voit Aiol, se li dist tant :
2725« Vasal, vous n’estes mie trop [par] sachant,
« Que vous alés les gens si esmaiant ;
« S’avoie mon coutel le miex trenchant,
« Molt tost le comperiés [de] maintenant,
« Car je vous en feroie ja en lanchant ;
2730« La plus gente bouchiere alés blamant
« Que on trovast en Franche qui est [si] grant. »
Dont lieve la risee el marchié grant,
Que n’i oiessiés mie nes Dieu tonant.

LXXI[1]

Quant Aiols fu partis de la tripiere,
2735Contreval s’en torna lés la riviere
Selonc une maison qui ert de piere :
Femes i a oies qui sont noisi[er]es,
Qui coisirent Aiol lés la maisiere.
Li une huce a l’autre : « Compagne chiere,
2740« Raiborc et Holduit et Geneviere,
« Vés la le chevalier qui est songiere :
« Il a prises ses armes, si fait grant chiere ;
« Par son grant vaselage rarons no kievre. »
(b)Raiborghe li escrie a vois pleniere :
2745« Entendés cha a moi, gentiex poingiere :
« Çaiens gist uns hons mors sor la litiere ;
« Bien poés en lui faire amoisne chiere.
« Prestes nous vostre escu, s’en ferons biere
« Tant que l’aions porté jusc’a Saint Pierre,

    — 2722 agenel — 2739 compere