Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Devant lui est venus tous effreés,
Se li dist fierement : « Sire, entendés :
2545« On vent chaiens boin vin et boin moré(s) ;
« Doi serjant orent ore chi tremellé :
« Li uns a molt perdu(s), s’est adampnés.
« Che dist, de mavais giu li ai gué(s) ;
« On me tient por preudome en la chité :
2550« Si n’en vauroie mie estre blamés.
« Vasal chevalier, sire, veschi les dés :
« Li uns est menuier[s], l’autre quarés,
« Et li tiers est pleniers por bien juer ;
« Tenés les en vo main, ses esgardés :
2555« Sire, se il sont boin sel me dirés
« Et le droit jugement nous en ferés,
« Car sor vos l’avons mis et atiré. »
Et respondi Aiol[s] : « Laisiés ester :
« Onques en mon eage ne vi juer ;
2560« Vos compaignons arriere le demandés,
« A che qu’il en diront vos en tenés,
« Car voir nul jugement ne sai trover
« Quar onques ne soc riens de ju de dés.
— Vasal, » dist li lechiere, « vos n’en irés ! »
2565Par le frain l’a saisi, si l’a tiré,
Trés devant le chelier l’a reculé :
Marchegai le regarde, si lait aler
Le pié destre qu’il ot gros et quaré :
Devant en mi le pis l’a encontré ;
2570Un si mervilleus cop li a doné
Que .iii. costes li fait el cors froer ;
Por un poi que le ceur n’en a crevé :
(f. 114)Trés en mi son celier l’a fait voler,
Mal soit de l’escallon qu’il a conté !
2575Li lechieres se pasme, ne pot durer,
Et quant il se redreche qu’il pot parler,
A .c. mile diable[s] l’a commandé,
Aiol et son ceval, n’en pot faire el.
Aiol[s] li fieus Elie a tant alé