Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ja avroit tel tabor par ceste vile,
2475« Mieus vauroie estre morte et enfoie
« Que noise ne orgeul vos i fesissent.
« De tant com jou en voi sui jou marie. »

LXVII[1]

Aiol[s] ne laisse mie por chou li ber,
Ains vint a Marchegai, si est montés.
2480« Damoisele, l’escu car me donés :
« S’isterai en ces rues por deporter ;
« Se chevaliers s’en ist, j’ai enpensé
« Que je vauroie senpre après aler :
« Se venoit a bataille ne a joster,
2485« Mieus vauroie estre mors que chi remés !
— Amis, » dist Lusiane, « molt estes ber !
« De t’amor me convient a consirer :
« Quant je n’en puis plus faire, larai aler.
« A Dé(x) de sainte gloire soit commandés
2490« Tes cors et ta proeche et ta biauté,
« Que de mort te deffenge par sa bonté ;
« Ne soies mors ne pris ne afolé[s] ;
« Sain et sauf te ramaint en la chité
« Et que je puise encore a toi parler :
2495« Plus vos aim que nul home de mere né. »
Ele li rent l’escu, si l’a combré,
Si l’a tost par le guiche al cors seré,
Et son trenchant espiel li a doné :
« Bele, » che dist Aiol[s] li gentiés ber,
2500« Jhesu de sainte gloire de majesté
(c)« Qui le chiel et le tere [a] a garder
« De vostre gent serviche vos sache gré
« Et me doinst aventure par sa bonté,
« Qu’il soit astivement guerredoné ! »
2505Par miliu d’une rue s’en est tornés :
.c. chevalier l’esgardent jovene et barbé
Et dames et pucele[s] et bacheler ;

  1. — 2488 Car je — 2490 ta bonte