Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Si l’en a apelé cortoisement.
Chele fu preus et sage, de bel samblant :
Molt l’amast en son ceur veraiement
Plus que nul home en terre qui fust vivant ;
2410Mais il n’i pensoit pas ne tant ne quant,
Ains avoit de son pere le ceur dolant
Qu’avoit laisié malade et besoignant
Et desgarni d’avoir et desirant
El plenier hermitage a Mongaiant,
2415Et Avisse sa mere al cors vaillant
Qu’avoit desireté par son engan
Makaire[s] de Losane li souduiant.
« Amis, » dit la puchele al cors vaillant,
« Remetés jus vos armes, laisiés atant,
2420« Car li roys Loeys a fait son ban,
« N’en istra chevaliers ne [nus] sergans
« Nes uns hon en ces[t] siecle qui soit vivans,
« Dessi a icel[e] eure qu’il le commant.
« Vos armes sont molt vieles, mal avenant,
2425« Ne sont beles ne cleres ne reluisant :
« Cil chevalier s’en vont escarnissant.
« S[e] or fuisiés issus la fors el camp
« Et se pris vos avoient li souduiant,
(f. 113)« Ochire vous poroient de maintenant ;
2430« Ne vous iroit secore nus hon vivant :
« Ains i avroit tel noise, mien ensiant,
« C’on n’i poroit oir nes Dieu tonant.
— Bele, laisiés m’ester, » che dist Aians :
« Cheste gent me vont molt escarnisant,
2435« Petit sevent mon ceur ne mon talant :
« Car se Jhesu me done par son commant
« Que je m’en puise issir sor l’auferant,
« Passer le pont de Loire qui si est grans,
« Et je truis le cembel la fors es cans,
2440« Ne lairoie por home qui soit vivant

    — 2414 mongalant cf. 2795 — 2433 aiant — 2438 grant