Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ja fuissent acointié par amisté.

LX[1]

« Amis, » dist Ysabiaus, « molt sui marie
« D’une seror que j’ai, que sai kaitive :
« Ele est en autre terre et li sien[s] sires.
2310« Makaire[s] de Losane les deserite :
« Mais molt m’aime li rois de ceste vile,
« Car chou est li miens frere et li miens sire.
« Cil Dameldex de gloire, li fieus Marie,
« Qui le ciel et le tere a en baillie,
2315« Li renge, se lui plest, ses honors quites,
« Et confonge Makaire le mal traitre
« Qu’a tort et a pichié les desherite ! »
Quant l’entendi Aiol[s] li frans nobile[s],
Contreval envers tere s’en humelie,
2320Et dist entre ses dens c’om ne l’ot mie :
(b)« Par le foi que je doi sainte Marie,
« Ja ne verés passer Pasque florie,
« Se j’encontre Makaire le mal traitre,
« Qu’a l’espee trenchant d’achier bornie
2325« Cuic envers lui moustrer tele estouthie
« Dont li gira sanglans li cors sans vie !

LXI[2]

— Sire, » dist Ysabiaus o le cors gent,
« Damoiseus de boin aire, a vo talen :
« Vaurés vos i parler prochainement,
2330« Al fort roi Loeys u Franche apent ?
— Dame, » che dist Aiols, « n’en sai nient :
« Ne m’os abandoner si faitement ;
« Bacheler[s] qui est enfes de mon jovent
« Ne doit aler a cort si prestement,
2335« S’il nen a gentis armes et garniment :
« Senpre le gaberoient toute li gent.
« Mais pleust ore a Dieu omnipotent
« Qu’or venist a la porte torniement :

  1. — 2326 sanglant