Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2235Les deniers de sa bourse a Aiol[s] pris ;
U que il voit s’ostesse, se li a dit :
« Dame, » che dist Aiol[s], « vo grant merchi
« Del bien que m’avés fait puis que vi(e)ng chi ;
« Damede[x] le vos mire qui ne menti.
2240« Or tenés .iiii. sous que jou ai chi :
« Je quic .iiii. denier en sont failli
« Que j’ofri Sainte Crois, soie merchi :
« Se plus ai despendu, tous sui garni[s]
« Que je meche mon gage et fache fin.
2245« Encore ai un hauberc et un roncin
« Et un elme d’achier, n’est pas bruni[s],
« Et chil quil me dona ne l’ot si vil
« Que il n’en presist mie son pois d’or fin :
(d)« Il l’a en maint estor de mort gari ;
2250« Et s’ai .i. branc d’achier, n’en quier mentir,
« Ne quic qu’il ait millor en ces pais ;
« Et s’ai .i. besant d’or, veés le chi,
« Que por Dieu me dona un[s] pelerins ;
« Et s’ai un anel d’or grant et furni
2255« Que me dona mes ostes al departir,
« Un[s] borgois de Poitiers que Dex ait ! »
Et respont Ysabiaus : « Molt es gentis !
« Estoie tes deniers, biaus dous amis ;
« Se Dieu[s] m’ait de gloire qui ne menti,
2260« Je n’en prendroie nul devant avril :
« Je ne sui pas borgoise de cheste chit ;
« Ainc ne vendi encore ne pain ne vin,
« Ançois sui gentieu feme, seur Loeys,
« L’enpere[or] de Franche de Saint Denis,
2265« Qui toute cheste tere a a tenir. »
Quant l’entendi Aiols, liés en devint.
Or set bien que ch’est s’ante près de son lin,
Car Elies ses peres li avoit dit ;
Et dist entre ses dens c’on ne l’oi :
2270« Dameldé, sire pere(s), grés et merchis
« Vos en puisse jou rendre a vo plaisir