Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Entre lui et sa mere el gaut foilli(s) ;
Mais bele Lusiane bien le servi :
Autressi se contient com s’il fust pris.

LV[1]

Douchement le tastone la damoisele :
2170Ele li mist la main a la maisele ;
Oiés con faitement ele l’apele :
« Car vous tornés vers moi, jovente bele ;
« Se vous volés baisier, n’autre ju faire,
« J’ai trés bien en talent que je vos serve.
2175« Si m’ait Dieus del ciel, je suis pucele,
« Si n’euc onques ami en nule tere.
(b)« Mais moi vient en penser, vostre voil estre,
« S’il vos vient a plaisir que je vos serve.
— Bele, » che dist Aiol[s], « li rois chelestre
2180« Qui fist et vent et mer et ciel et tere
« Vous merite les biens que vous me fetes !
« Car vos couchiés huimais, bien en est terme,
« Laiens en vostre cambre o vos pucheles.
« Enfressi a demain que l’aube pere
2185« Sarés de mon corage, jou de vostre estre :
« Bien ermes acointié demain al vespre. »
Del respit n’eust cure la damoisele.

LVI[2]

La puchele s’en torne toute dolante
Et a laisiet Aiol dedens la cambre.
2190Plus tart qu’ele onques pot en la soie entre,
En un lit se coucha, molt se tormente.
Mais ele n’i dormist por toute Franche,
Tant i ot mis son ceur et s’esperanche.
Longuement se regrete, après [s]i pense :
2195« Lasse ! » dist la pucele, « com laide cance
« Quant je le voil amer et lui n’en menbre !
« E Dieus ! c’or me consele, vraie poissance !
« Saint Denise en ferai molt bele offrande,
« .xiiii. mars d’argent tout en balance. »

LVII[3]

2200La puchele s’en torne al ceur iré,