Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ja les pora reprendre li chevalier[s]
(c)Quant il vaura monter sor son destrier.
2070Il n’avoit nul serjant pour lui aidier :
« E Dieus, » che dist Aiols, « quel[s] escuier[s] !
« De che serviche avoie [molt] grant mestier. »
S’or seust Ysabieus qu’il fust ses niés,
Molt par fust ses serviches bien enforciés.

XLVIII[1]

2075Ysabiaus fu molt gente, se fille plus ;
Ele ot Aiol l’enfant molt bien veu.
Mais il est nus et povres, s’en est plus mus :
Poverte si fait traire maint home en sus.
« Amis, » dist Ysabiaus, « et dont es tu ?
2080« U vas ? et en quel terre ? qui te conduist ?
« Ne maines escuier, seul t’ai veu.
— Dame, » che dist Aiol[s], « li cors Jesu ;
« Je n’ai autre garant certes que lui :
« Qui mal me vaura faire, tous sui segurs.

XLIX[2]

2085« Par le moie foi, dame, je sui gascon,
« De la marche freconde le roi Yon :
« Mes peres gist malades en sa maison.
« Gautier de Pont Elie l’apele on ;
« .vii. ans a a le feste le Rovison
2090« Que il ne pot cauchier ses esperon[s] :
« Faillis li est avoirs et garison[s] ;
« Or m’a bailliet ses armes et ses adous,
« Si m’envoia en France tout besongous.
« Tant avons quis l’ostel que nous l’avons :
2095« De Dameldé de gloire qui fist le mont
« Et en la sainte crois prist passion
« En aiés vos merite et gueredon !
— Por Dé(x), » dist Ysabiaus, « pensés en dont. »
Lusiane la bele mist a raison :
2100« Par la foi que tu dois a saint Simon,

  1. — 2086 li r.