Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1965« Cis vaura de sa guerre bien traire a cief :
« Riche[s] hom l’a nori et ensengié,
« Si l’a por grans saudees chi envoié(s) :
« Il les conquerra bien a son espiel.
« Bien pert as bele[s] armes et al destrier,
1970« As riches garnimens que il a chier[s]
« Qu’il n’a en nule tere tel chevalier.
« S’il or treve en bataille les Beruhier[s],
« Tout seront mort et pris et detrenchié.
« Par le mien ensiant n’en ira piés
1975« S’il estoient ensamble .xv. millier(s).

XLIV[1]

— Par la moie foi, sire, » che dist uns autres,
« Vous parlés de folie, che est outrages.
« Li chevalier[s] n’est pas de tel folage ;
« Mal pert a son ceval ne a ses armes
1980« Que il ait en son ceur tel vaselage
« Que il aquitast Franche par son barnage ;
« Et sa lanche est molt torte, il le tient basse,
« Li escu[s] de son col molt le travaille. »
Ysabiaus la comtese qui molt fu sage
1985Se seoit as fenestres sor un brun paille
Et vit l’enfant Aiol qui bas chevauche :
Ch’estoit fiex sa seror, de son linage ;
Molt grant pitié l’en prist en son corage.
Lusiane sa fille s’en est pris garde
1990Qui molt estoit cortoise et preus et sage :
Corant vint a sa mere, si l’en aresne.

XLV[2]

Lusiane fut molt gentiex mescine,
Cortoise et avenant et afaitie,
Et fu nieche le roi de Sain[t] Denise.
1995Sa mere en apela, prist li a dire :
« En la moie foi, dame, » dist la mescine,
(f. 110)« Chis hon qui la chevauce n’est pas bien rice[s] :

    — 1967 grant

  1. — 1988 les pr.