Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1930Que por Dé(x) li dona li boins paumiers
Qu’encontra el cemin devers Poitiers ;
Puis en ot il merite et boin loier :
Il en ot vair et gris et boin destrier.
Aiol[s] lieve sa main, si s’est sainiés :
1935« Sainte Crois beneoite, vostre congié !
« Jou irai querre ostel dont j’ai mestier :
« Or vos pri qu’envers Dé(x) que m’en aidiés ! »
Par grant humilité ist del moustier,
Et trova son ceval aparellié
1940Qu’il avoit al peron bien atachié.
N’avoit o lui sergant ne escuier,
Ains saisi son escu et son espiel ;
Puis a toutes les rues d’Orliens cherkié :
Molt i trova serjans et cevaliers,
1945Et dame et puceles par ces soliers.
Il ne parla a eles ne nes requiert,
Ne ne demande ostel, qu’il n’en set nie[n]t :
Il n’estoit de che querre pas coustumier[s].
Sa lance fu molt torte, ses escu[s] viés,
1950Ses elmes n’ert pas clers mès esrungiés,
Li las en sont rompu et alasquié :
D’une part li souscline, por poi ne ciet ;
Et Marchegai li trote, haut tient le cief.
Forment le vont gabant cil chevalier,
1955Et dames et puceles des haus soliers,
Et cil riche borgois, cil macheclier.
Li uns en a pris l’autre a araisnier :
« Soions aseuré, joiant et lié :
« Ne caut mais un(s) des nos a esmaier :
1960« Tout avons de novel regaingié.
(d)« Vés en chi un venu des saudoiers
« Aduré de bataille, ardi et fier,
« Et servira le roi qui Franche tient,
« S’aquitera sa tere et son resnié ;

    — 1930 li] .i. — 1954 cis — 1958 joians