Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Aiols ne le vaut mie plus [en avant] cachier,
Ains retorna ariere, si a pris son espiel.
1860Bien erent li laron de dras aparellié :
Mal ait s’onques Aiol en vausist .i. baillier,
Ains jure Dameldé le pere droiturier
Que des dras a laron n’ert ja aparelliés
Ne d’autres se nes peut par honor gaingier :
1865Tost venroit en tel lieu qu’il seroit enterciés,
Si en poroit bien estre onnis et vergongiés.
Puis se fiert el boscage, dedens l’aire se fiert :
Dusqu’al chastel de Blois ne s’est mie atargiés.
La nuit si s’est Aiol[s] al vespre herbergiés
1870Chiés un riche borgois qui ot a non Gautiers,
Qui assés li dona a boire et a mengier,
Del feure et de l’avaine Marchegai son destrier.
Et Aiols li offri .iiii. sous de deniers
Que ses peres li ot al departir cargiés,
1875Mais li borgois nes vaut prendre ne manier :
Por sainte carité li dona a mengier.
La nuit se jut Aiol[s] dessi a l’esclairier
Que il reprist ses armes et monta el destrier.
Isnelement s’en torne, si a pris le congié ;
1880De Blois s’en est tornés, ne se vaut atargier,
Joste l’aigue de Loire commenche a cevaucier.
Ains le jor ne fina desqu’il vint a Orliens :
La trova il le roi qui Franche a a baillier ;
Si fu molt por ses armes gabés et laidengiés.

XLII[1]

1885Des or chevauche Aiol[s] lés Loire sous :
De Poitiers a Orliens vient en .v. jors.
Che fu un markedi devant Pascor
Qu’Aiol[s] entra es rues d’Orliens tous sous.
(b)Mais de che fist il bien que gentiex hons
1890Qu’il vint a Sainte Crois aourer le jor.
Par de fors le mostier ot .i. peron ;
Un anel i ot d’or grant et reont
Que fisent saieler li ancissor :