Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1790— Sire, » dist la pucele, « trop par vos desmentés.
« Se vous n’avés avoir, Dex vos donra assés ;
« Mais se voliés, sire, avoec nous demorer,
« Toudis vos serviroie a vostre volenté.
— Bele, » che dist Aiol[s], « .vc. merchis de Dé :
1795« Par le foi que doi Dé(x) vous me dites bonté,
« Mais ne plache a Jhesu qui en crois fu penés
« Que [je] ja aie feme dont soie mariés
« Tant qu’aie par mes armes autre honor conquesté :
« Qu’a tout le mien linage seroit mais reprové. »
1800Quant l’entent la pucele, près n’a le sens dervé ;
En la cambre s’en entre, prist soi a desmenter :
« Tote lasse caitive, com m’est mal encontré
« Del plus bel chevalier qui onques mais fu nés !
« Com fuisse ore garie s’il me daingast amer !
1805« Malleoite soit l’eure qu’il vint en cest ostel,
« Car ja n’i arai preu en trestout mon aé ! »
Et Tieri[s] se repose, si l’a laisié ester,
Bien voit que ne li vient a talent ne a gré :
Un boin lit li fist faire u se va reposer,
1810Et Aiols se dormi dusqu’au demain jor cler.
Quant li ber coisi l’aube, s’est par matin levés.
Il est saillis en piés, si se saina de Dé,
Et prist ses garnimens, si s’en est atornés,
Et Tieri[s] li a fait son ceval amener.
1815Aiol[s] li fiex Elie est par l’estrier montés :
En son cemin en entre, l’oste commande a Dé

XLI[1]

(d)Des or s’en va Aiol[s] tout son chemin plenier
Et trespasse les teres et les desrube[s] fier[s]
Dusqu’a plain miedi a le jor chevauchié ;
1820Et trova .iii. laron[s], que Dex doinst encombrier,
Qui gardoient les voies, les cemins et sentiers.
Ne peut nus hom passer, pelerin[s] ne pamier[s],

    — 1799 soroit maus — 1800 sans

  1. — 1821 Qui gardoient les voies et les sentiers