Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Reinier le fil Gerart m’apel[e] on ;
« Je sui dus en Gasconge, s’i ai maison.
« .ii. fiex ai chevaliers de grant renon.
« Et vous, franc damoiseus, com avés non ?
1620— On m’apele, biaus sire, l’enfant Aiol ;
« Se repairiés en Franche, parlés a nous
« Et nous vos serviron par grant amor. »
A Dieu le commanda le glorious.

XXXIX[1]

Aiol[s] li fiex Elie vaut prendre le congié
1625Al vaillant chevalier qui tant fait a proisier.
Ançois que il s’en parte l’a encore areinié :
« Por amor Dé(x), biaus sire, et car me conselliés ;
« Vous i arés amoine, j’en ai [molt grant] mestier.
« Qui geroient le roi qui [douche] Franche tient ?
1630« Savés i duc u prinche qui tienge chevalier ?
« Et li quens de Bohorges ne l’aime mie bien.
« Si j’aloie, biaus sire, a la chit a Orliens,
« Retenroit moi li rois qui France a a baillier ?
« De gaingier, biaus sire, aroie grant mestier. »
1635Li pelerins l’oi, si a crolé le cief :
« Sire, ne sai que dire, se Dieus me puist aidier ;
(c)« J’ai en Orliens esté .viii. jors trestou[s] entier[s]
« Illeuc vi ge le roi qui Franche a a baillier
« Et eust ensamble lui plus de .m. chevaliers
1640« Qui de vair et de gris sont tout aparelié
« Et ont moult boines armes et boin[s] corans destriers.
« Dirai vos une cose que vous voil acointier :
« Il n’a si gentil home dessi a Monpelier,
« S’il venoit ore entr’aus en la chité d’Orliens
1645« Adoubé(s) de ses armes sor .i. corant destrier,
« Qu’il ne fust des auquans gabés et laidengiés :
« Je sai que a saudee po[r]oit il faillir bien.
« Por vous l’ai dit, biaus sire, si ne vos anoit rien :

« Car vos armes sont laides et vo[s] destrier[s],

    — 1616 fiex

  1. — 1629 ss. Lacune ? — 1641 corant — 1642 .i. cose