Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Se ch[ou] est el cemin droit vers Orliens,
« Car celui ne vauroie mie eslongier.
— Oil, par ma foi, sire, bien vos en chiet :
1480« Droit par devant no porte va li sentiers. »
Venu i sont al vespre a l’anuitier
Et font mander un fevre sans atargier.
Marchegai font ferer et bien sainier.
Bien a son estavoir tout sans dangier.
1485Al matin est Aiol[s] cumeneiés
Ensamble avoec les moines par amistiés.
Toute jor sejorna por le jor chier,
Que il ne vaut esrer ne chevauchier.
Al lundi s’en parti sor son destrier ;
1490Des moines se depart, si prent congié.

XXXV[1]

Des or s’en va Aiol[s] lance levee
Et trespasse les tertres et les valees.
(c)Huimais porés oir quel destinee
Jhesu a a l’enfant le jor donee.
1495Makaire de Lossane avoit .i. frere :
Rustans avoit a nom en sa contree :
Si va por armes querre a l’enperere ;
Doi vaillant chevalier avoec lui erent ;
Quant il virent Aiol, molt le gaberent :
1500« Or en venrés en France, grans est et lee ;
« De vous ferons no sot en no contree :
« Si en ara grant joie nostre enperere,
« Makaire de Lossane li mien[s] chier[s] frere.
« Amis, engenré(s) fumes tout d’un [seul] pere
1505« Et si fumes porté tout d’une mere.
— Hé Diex ! » che dist Aiol[s], « quel destinee,
« Makaire de Lossane quant est vo frere !
« Maleoite soit toute l’ame vo pere,
« Car tout desireta ma france mere :
1510« Des or vous defi jou de Dieu mon pere. »
Il broche le cheval sans demoree
Et a l’anste brandie viele enfumee