Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qu’Aiols fust lor compains, s’eust trufé(s).
Aiol[s] point le çeval par les costés :
Par devant les larons s’est arestés ;
Fierement lor escrie : « Signor, estés :
1445« Por qu’avés vos ces moines si desreubés ?
« Lor froc et lor peliches car lor rendés,
« [Et] estamine et botes que vous avés. »
Et respondi li maistres : « Avant venés :
« Cel hauberc et cel elme tost me rendés
1450« Et l’escu et l’espee que vous portés :
« Un de mes compaingons en voil armer.
— Sire, » che dist Aiols, « or les prendés,
« Car vers vous su je tous abandonés.
« Se je nes puis desfendre, vos les arés :
1455« De Dé(x) le desfendrai par sa bonté(s). »
Il broche Marchegai par les costés
(b)Et vait ferir le maistre qu’il ot parler :
Par mi le cors li fist le fer passer,
Que mort l’a abatu et craventé.
1460Puis a traite l’espee de son costé :
Si referi un autre c’a encontré
Que la teste li fist del bu sevrer ;
Li tiers li escapa el gaut ramé,
Il s’en torna fuiant, molt l’a douté.
1465Aiols nel vaut cachier car il ne set
Nient de la contree ne del resné :
Son chemin ne voloit laisier li ber.

XXXIV[1]

Aiol[s] ne vaut se voie pas eslongier ;
Il ne set le contree ne le resnié(r).
1470L’avoir reprist as moines sans atargier ;
Si lor raporta tout molt volentiers,
Si se sont revestu et recauchié,
Puis afublent les capes, molt en sont lié.
« Sire, » che dist li maistres, « por Dé(x) del ciel,
1475« Car venés avoec nous por herbergier. »
Et respondi Aiols : « Molt volentiers.