Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Contreval vers le tere est aclinés
Quant il de ses parens oi conter ;
Il dist entre ses dens, que nus nel set,
Ja n’i querra cousin ne parenté
1410Dessi c’a Loeys avra parlé.
Che vaura il savoir et demander
Et de sa bouche oir la verité,
Por coi il a son pere desireté.
La nuit i sejorna jusc’al jor cler.
1415Aiols reprist ses armes, si s’est armés,
Et vint à Marchegai, si est montés.
Il prent congiet a l’oste, s’en est tornés,
En son maistre chemin en est entrés.
Toute jor a Aiol[s] esperoné,
1420Et garde devant lui en mi .i. pré
(f. 106)Desous l’ombre d’un arbre en haut ramé :
Si a veu .ii. moignes grant deul mener,
Et estoient de dras tout desnué.
Aiols s’i aresta por demander :
1425« Signor, por amor Dieu, et vos qu’avés ? »
Et cil li respondirent : « Par tant l’orés :
« Car vés la .iii. larons en mi ces prés
« Qui or en droit nous ont tous desreubés :
« Ne froc ne estamine n’i a remés
1430« Ne peliche ne bote, bien le veés.
« Sire, ceste autre voie por Dé(x) tenés :
« Se il vos i encontrent, n’i garirés,
« Ne vos ne vo[s] cheval[s] ne durerés :
« Or en droit vos aront tout desreubés. » 
1435Et respondi Aiols : « Mais n’en parlés :
« Ja Dameldé ne plache de majestés
« Que li miens cemins soit par eus mués.
« Ains vos rend(e)rai vos dras, se vos volés.
— Sire, » che dist li maistres, « ne nos gabés. »
1440Adonc quidierent il par verités

    — 1423 tous