Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et cil le herberga en sa maison :
La nuit li donc assés vin et poison.
Aiol[s] fu la assis lés le carbon :
1375Quant il orent mangiet a grant fuison,
Et Marchegai avoit sa livrison
Si com fain et avaine a grant fuison,
Li ostes l’en apele, mist le a raison :
« Dont venés ? de quel tere, biaus jovenes hom ?
1380« Dont venés ? de quel part ? u irés vous ?
— Biaus sire, en douche Franche, » che dist Aiols,
« Al fort roi Loeys le fil Charlon ;
« S’il me done del sien si remanron, »
Et respondi li ostes qui fu preudom :
1385(d)« Amis, Diex te consaut par son vrai non,
« Qu[e] il a en le cort (Loeys) un mal glouton :
« Makaire de Losane l’apele on.
« Il n’a en nule tere nul plus felon ;
« Il est dus de Losene, chou est grans douls ;
1390« Molt set bien losengier (le) roi de Loon,
« Il cache les preudomes a deshonor.

XXXIII[1]

« Amis, » che dist li ostes, « or m’entendés :
« Aler devés en France, dit le m’avés,
« Al fort roi Loeys por conquester.
1395« Se vous me volés croire, aillor irés :
« Al chastel de le Haie droit vos tenés,
« Cha devant en Pontieu vos tornerés :
« La troverés Rainier et Aimer,
« Et Gilemer l’Escot qui molt sont ber,
1400« Le signor de Boorghes o le vis cler
« Qui guerroie le roi par grant fierté
« Por chou qu’il a lor oncle desireté
« Elie le franc duc qui tant fu ber. »
Quant Aiols l’entendi, li bacheler[s],
1405Qui bien l’avoit oi et escouté,

    — 1382 fieus