Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Tes cors et ta proeche et ta bontés !
« Vos en irés molt sens et esgarés,
« Et molt povre de dras et desnués.
1270« Certes j’en ai mon ceur molt adolé :
« Tenés chest anel d’or par carité,
« Se besoinge vos croist ne povertés
« Sel poés metre en gage a vostre ostel.
— Sire, » che dist Aiol[s], « bien vous provés,
1275« Quant por vo droit signor si m’onorés :
« Beneoit[e] soit l’ame de Dameldé
(f. 105)« Qui vous aprist a faire tel largeté.
« Or vous plevi ge bien ma loiauté
« Que se Jhesu franc home me laist trover
1280« Qui voille mon serviche rechoivre en gré,
« Chest honor vos ferai gueredoner. »
Molt douchement le baisse al desevrer ;
A Dieu de sainte gloire l’a commandé.
Donc s’en torna Aiol[s], l’oste remest :
1285« E Dieus ! » che dist li enfes, « par ta bonté,
« Al premerain rechet u sui entrés
« Com il m’est hui ce jor bien encontré(s) !
« Ahi ! Elies pere, c’or nel savés,
« Et Avisse ma mere al gaut ramé(s) !
1290« Je ne fuisse si liés par verités,
« Qui tout l’or me donast d’une chité ! »
En son maistre chemin en est entré[s],
Jusques a none base a il esré.
Ainc n’encontra nul home de mere né,
1295N’ermite ne convers u puist parler.
Par des(o)us .i. haut tertre en est montés
Et puis si a un val adevalé.
Il garde devant lui parmi un pré,
D’autre part une haie en .i. bos cler,
1300S’a veu le lion adevaler
Que li avoit li ostes au soir nomé.
Chel jor avoit ochis un grant sengler ;
Si en avoit mengiet a grant plenté :