Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’ostes qui l’herberga ot non Gautiers,
1125Senescaus fu Elie .v. ans entiers
Et fu de mainte cose bien aaisiés.
Aiol en amena en sen sollier ;
Par amor l’a assis lés sa mollier
A une ceminee de marbre chier,
1130Joste .i. fu de carbon grant et plenier.
Li ostes l’en apele par amistié :
« Dont estes ? de quel tere, biaus amis chiers ?
(f. 104)— Sire, jou de Gasconge, » cil respondié ;
« Mes pere fu grans hon, bien le sachiés,
1135« Ja fu riche[s] d’avoir et enforciés ;
« Mais il est par grant guere tous essiliés
« Et si est par malage afebloiés.
« Jel laisai de l’avoir si entrepiés
« Qu’il n’en avoit vallant .iiii. deniers,
1140« Ne mais que .iiii. sous qu’il m’a cargiés.
« Or m’a balliet ces armes et ces[t] destrier :
« Si m’envoia en Franche por gaingier,
« Al fort roi Loeys pour acointier.
— Amis, Dieus te consaut par sa pitié ;
1145« Ançois avrés grant paine que i v(i)engiés. »
Puis demanderent l’aigue, si vont mangier ;
Issi comme en quaresme sont aaisié :
Assés orent poison, pain et vin vié.

XXX[1]

Quant il orent mengié a grant plenté,
1150Li ostes le rapele par amisté :
« Damoiseus de boin aire, a moi parlés.
« Aler devés en Franche, ce me contés,
« Al fort roi Loeys por conquester :
« Vos armes sont molt laides que vos portés
1155« Et vos escus est viés et enfumés ;
« Vos chevaus est [molt] maigres et descarnés ;
« François sont orgellous desmesuré(s)
« Et si sont coustum[i]er de lait parler :
« Laidengier vos vauront ci ranproner.