Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Adonc s’en gabent tout par la chité,
Borgois et damoisel et bacheler.
Et dist li uns a l’autre : « Por Dieu ! veés :
1060« Onques [mès] tés chevaus ne fu trovés :
(c)« Che peut bien estre voir qu’il est faés. »

XXVII[1]

Des or chevauce Aiols grains et plain[s] d’ire,
Car tout le vont gabant aval la vile,
Borgois et damoiseles et [les] mescines :
1065« Vasal, parlés a nous, chevalier sire :
« Furent ces armes faites a vostre guise ?
« Ains en [tous] nos aés teus ne veismes. »
Aiols lor repondi grant cortoisie :
« Signor, laisieme ester, Dex le vos mire :
1070« Frans hom(e) qui ra[m]prone autre par estouthie
« Il doit sa tere perdre et sa franchise ;
« Laron doivent gaber, gent s’il le triche,
« Cil qui sont engenré par iresie. »
Li auquant s’en tornerent, si s’umelient,
1075Et vienent au glouton, se li escrient
Qu’il s’en fache porter a ses mescines.
Li glous s’en va plaingnant, du ceur sopire,
Et demande le prestre, ne pot plus dire.
Et garçon et ribaut tout li escrient :
1080« Tu as hapé le frain, si n’en as mie. »
Atant es .i. borgois manant et riche :
Cil ot a non Gautiers de saint Denise ;
Senescaus fu .v. ans le duc Elie
Et por son droit signor Aiol avisse :
1085Il le resamble miex qu’home qui vive.
Il vaura ja parler de grant franchise.

XXVIII[2]

« Signor, » dist li borgois, « laissiés ester :
« Cascuns se deveroit bien porpenser
« Que il n’a .i. tout seul en cest(e) resné,

  1. — 1070 Franc — 1072 vers altéré.