Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qui en .i. celier ert tous enivrés,
Et s’estoit de ses dras tous desnués.
Par le frain le saisi, si l’a tiré,
1025(b)Que .iiii. piés ariere le fist passer.
« Vasal, » dist li lechieres, « a moi parlés !
« Anuit herbergerés a mon ostel :
« Une de nos mescines al lit arés,
« Trestoute le plus bele que quesirés,
1030« U toute la plus laide, se miex l’amés.
« Li vostre haubers sera au pain portés,
« De vostre elme arons vin a grant plenté,
« De vos cauchiers arons poison assés. »
Isnelement en est avant passés,
1035Se li ala le frain del cief oster,
Atout vers le taverne en est tornés.
Quant Ma[r]chegai se sent si delivrés
Del frain que de la bouche li ont osté(s),
Onques si fais chevaus ne fu trovés :
1040J’oi le mestre dire qu’il fu faés.
Après le glouton va tous abrivés,
Il cluinge de l’orelge, si l’a hapé,
Amont el ateriel si l’a combré
Que .iiii. piés de tere l’a souslevé,
1045S(e)’a escouse la teste, sel laist aler :
Li glous chei a tere, si est pasmés
Que par mi les narines saut li sans cler[s].
Aiols le retorna tout de son gré,
As piés de son ceval l’a defoulé
1050Que .iii. costes li a el cors froé.
De son ceval s’abaise li baceler[s],
Se li ot tout del puin le frain osté,
Et chief de son ceval l’a refremé :
« Vasal, » che dist Aiols, « car vos levés :
1055« Se vous volés del mien, si en arés.
« Certes je ne vieng pas por marier. »

    — 1031 hauberc — 1039 fait — 1047 sanc