Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

985Qu’il fust povre de dras et desnués,
Que ne soit laidengiés et molt gabés,
Et qu’il ne soit tenus en grant vieuté(s) ;
Ausi fu en Poitiers Aiol[s] li ber(s),
(f. 103)Que trestout le porsievent par la chité :
990« Vasal, chevalier, sire, a nous parlés :
« Furent ces arme[s] faite[s] en vo resné ?
« Fu Audengier[s] vos peres qui tant fu ber
« Et Rai[m]berghe vo mere o le vis cler ?
« Iteus armes soloit toudis porter.
995« Car remanés o nous en cest esté ;
« A ceste Pentecouste nos ju[s] ferés :
« Vo[s] chevaus ert torchiés et abevrés,
« Si nous en juerons par la chité. »
Quant Aiol[s] l’entendi, molt fu irés :
1000Il s’oi blastengier, si fort gaber ;
Et ire et mautalent, bien le savés,
A de hardement home tost enbrassé.
Il li vint en talent et en pensé
Que il traisist del feure sen branc let[r]é,
1005Et qu’il lor courust sus tout abrivé[s],
Quant del consel son pere li est menbré,
Et del castiement del gaut ramé.
Por tant si a son sens ramesuré :
Belement lor respont par humleté :
1010« Signor, Dieus le vos mire, laisiés m’ester ;
« Vous faites vilonie que me gabés ;
« Et tort et grant pichié et mavaistés :
« Ainc ne vos mesfis riens en mon aé.
« Se je suis povres hom, Dex a assés,
1015« Li rois de sainte gloire de majesté
« Qui le ciel et le tere a a garder,
« Et del sien me pora grant part doner :
« Quant Dameldieu[s] vaura, j’arai assés. »
Li auquant s’en tornerent qu’en ont pité ;
1020Por chou que belement l’oent parler.
Es vous .i. lecheour tout abevré,

    — 997 terchiés