Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Tout avons de novel regaig[n]ié,
« Car chi nous est venus un[s] chevaliers
(d)« Qui samble del parage dant Audengier. »
Li borgois sont felon et malvoisié :
955Molt li aront lait dit et reprovier :
« Dites, sire, u menrés [i]cel destrier ?
« Bien ait qui vous aprist a cevauchier.
« Vous vengerés Fouré quant tans en [i]ert.
« De la cose a nos moines aiés pitié ;
960« Ne vous caut aparmain, [si] le laisiés :
« Il prieront pour vos en lor sautiers,
« Quant il canteront [messe] en lor moustier :
« De rober ordené c’est grans pichiés.
« Faites nous un eslais par che marchié.
965« Li chien de ceste vile s’en sont gagié
« Qu’il mengeront le car de cel destrier.
« Chiés Pieron le sue[u]r vos herbergiés ;
« Se li donés .v. sous de vos deniers :
« Il vous aprend[e]ra quir a taillier ;
970« Vos viverés molt bien de cest mestier :
« On ne doit avoir honte de gaingier. »
Quant Aiols l’entendi, si fu irié(r)s.
Bel et cortoisement lor respondié :
« Signor, » che dist li enfes, « car vos targiés :
975« Dameldieus vos pardoinst tous vo[s] piciés !
« Alés a vos osteus, si me laisiés,
« Ja ne me tieng [jou] mie a gui[n]lechier :
« Caitis sui d’autre tere, nel quier noier ;
« Qui qui me tiegne a vi(e)l, je me tieng chier. »
980Alquant s’en retornerent qu’en ont pitié.

XXVI[1]

Signor, ja savés vous, s’est verités,
Il nen a sous siel home de mere né(s),
Tant soit jovenes et fors et adurés,
S’estoit en autre terre escaitivés

    — 963 grant