Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

(c)« Qu’avés tant demoré al boin eur ?
« Mi compaignon vos beent, tout ont perdu.
« Cis chevaus est moult maigres et confondu[s] :
920« Il estera anqui al vin beu,
« Et cele lance roide et cis escu[s].
« Qui vous dona che frain a or batu ?
« Les resnes en sont routes, mais [molt] boin[s] fu. »
Par le frain le saisi, si l’arestut.
925Marchegai le regarde, si nel connut :
Il hauce le pié destre, si l’a feru,
Par desous le braioel ens el vui bu,
Que tout son pié li a el cors repu[s] :
Joste lui l’abat mort tout estendu.
930« Cuivers, » chou dist Aiols, « a (il) vous feru ?
« Que gisiés vous illeuc ? car levés sus !
« Racatera mon gage .v. sous u plus. »
Et cil borgois s’en gabent qui l’ont veu,
Et dist li uns a l’autre : « Trai toi en sus !
935« Cis est de la taverne trop tost issus ;
« Che samble des cevaus le roi Artu :
« Ne peut consentir home que tout ne tut.
« E Dex ! com a loer fait cis escus !
« Che resamble des armes dant Esau
940« Qui vesqui par cage .c. ans u plus. »
Quant l’entendi Aiols, dolans en fu,
Parfondement reclaime le roi Jesu.

XXV[1]

Des or s’en va Aiol[s] par le marchié,
Lui ne chaut s’est ocis li pautoniers,
945Car molt l’avoit gabé et laidengié ;
Molt le vont porsivant trestout a pié
Et serjant et borgois et escuier
Et dames et puceles et ces molliers ;
Ains mais n’entra tel joie dedens Poitiers.
950Et dist li uns a l’autre : « Cousin, voiés :

    — 938 fait a l.