Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Aiol[s] monte el ceval, s’en est tornés ;
885En son maistre cemin en est entrés.

XXIII[1]

Des or s’en va Aiol[s] lance levee
Et trespasse les plains et les contrees,
Et les grans desrubans et les valee[s] ;
Venus est a Poitiers a .v. jornees.
890Che fu par .i. joidi a la vespree :
Aiols entra es rues par mi l’estree ;
Sa lance estoit molt torte et enfumee,
Et ses escus fu vieus, la boucle lee.
Et sa resne ronpue et renoee,
895Et les piaus de son col sont descirees.
Li ceval[s] vit les armes mal atirees :
Il fronche des narines, la geule bee ;
Aiols li tient le resne estroit seree,
Ausi porte [la] teste en haut levee
900Que li cers que on cache a la menee,
Quant li bracet le cacent a la ramee.
Chevalier et borgois l’en esgarderent,
Et dames et puceles es tors monterent,
Et dist li un[s] a l’autre : « Voiés, compere,
905« Par la foi que vou[s] doi, qui est chis leres ?
« Ces armes que il porte a il enblees,
« Mais molt par a le chiere [et] bele et clere,
« Et bien resamble fiex de france mere. »

XXIV[2]

Des or s’en va Aiol[s] molt irascu[s]
910Quant tout le vont gabant, grant et menu.
E vous .i. lecheor corant venu :
D’un celier ist tous ivres, qu’il ot beu,
Et ot jué as deis, s’ot tout perdu ;
Corant vint a Aiol, si l’arestut,
915Par le frain le sacha par grant vertu.
« Maistre, » dist li lechieres, « estes venu[s] ?

  1. — 890 verpree