Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et a çainte l’espee a son costé,
L’escu par les enarmes al pis seré.
Il saut fors de la cambre a le clarté,
A sa vois qu’il ot haute lor a crié,
820Si lors dist fierement : « Signor, estés !
« Por qu’avés vos ces moines e[n]kenbelés
« Et ces serjans loiés et encombrés ?
« Cel ceval, s’il vos plaist, me renderés :
« Vos n’i avés nul droit, car Dex le set :
825« Mes peres le nori quil m’a doné ;
« J’en averai soufraite sel me tolés. »
Et respondi li maistres : « Avant venés !
« Si serés or en droit tondus et rés :
« Nous vos ferons corone al desevrer ;
830« Ensamble avoec ces moines demo[re]rés :
« Matines et complie [si] canterés. »
Quant l’entendi Aiol[s], molt fu irés.
Quant il ot que merchi ne pot trover,
De Dieu les desfia par grant fierté :
835Puis a traite l’espee qu’iert a son lés.
Si vait ferir le maistre qu’il ot parler :
Amont par mi le cief l’a encontré
Que la teste del bu li fait voler ;
Puis reva ferir l’autre ; si l’a coupé,
840Et escrie : « Montjoie ! » par grant fierté.
« Fiex a putain, larons, n’i du[re]rés.
« Chou est Aiols li enfes c’avés trové,
« Qui fu noris el bos, qui rien ne set :
« Mais il vaura aprendre tout chest(i) esté
845(f. 102)« Comment chevaliers autre doit encontrer
« Et en ruiste bataille armes porter.
« Tout estes mort et pris se m’atendés,
« Ja devant cheste espee ne garirés,
« Ains en serés tout mort et afiné(s).
850« Car mes peres me dist al desevrer

    — 842 enfen — 849 tous mors