Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.

I

Manuscrit du poëme.

On ne connaît jusqu’à ce jour qu’un seul manuscrit de notre chanson. C’est un ms. sur vélin de 0m,179 de large sur 0m,252 de hauteur, relié en maroquin plein, sans armes, et qui se compose de 209 feuillets complets à 4 colonnes par feuillet (que nous avons indiquées dans notre édition par a et b pour le ro, et par c et d pour le vo) ; chaque colonne contient 36 vers, sauf le cas où une miniature est intercalée dans le texte. Ce ms., qui porte aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Paris le no 25516 du fonds français, faisait autrefois partie de la Bibliothèque du duc de la Vallière (anc. La Vall. 80, Cat. de Bure 2732) ; il contient 4 romans qui sont les suivants :

1o Le Roman de Guion duc d’Hanstone et de Bevon son fil (fol. I) ;

2o Le Roman de Julien de St Gille lequés fu pere Elye duquel Aiols issi (fol. 76) ;

3o Le Roman d’Aiol et de Mirabel sa feme (fol. 96) ;

4o Le Roman de Robert le diable (fol. 174).

L’écriture de ce ms., généralement bonne, est cependant quelquefois assez difficile à déchiffrer ; c’est la minuscule romane du xiiie siècle, sans influence gothique bien prononcée. Les grandes lettres, commençant les laisses, sont ou rouges ou bleues ; quelques-unes sont ornées, mais de simples traits rouges ou bleus. Le recto du folio commençant chaque roman est orné de figures et d’animaux dans