Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations inactuelles, I.djvu/52

Cette page n’a pas encore été corrigée


de la nation allemande, pour enfumer ses idoles de leur vapeur. Imaginons un instant, que, par un hasard quelconque, l’Eroica, la Pastorale et la Neuvième fussent tombées en possession de notre prêtre des Grâces, et qu’il n’eût dépendu que de lui de purifier l’image du maître en supprimant les produits douteux — qui donc oserait affirmer qu’il ne les eût point brûlés ? Et c’est ainsi que procèdent effectivement les Strauss de nos jours. Ils ne veulent entendre parler d’un artiste qu’en tant qu’il se prête à leurs services de chambre, et ils ne connaissent que les extrêmes : encenser ou brûler. Qu’ils en prennent à leur aise. Ce qu’il y a de singulier, c’est que l’opinion publique en matière d’art est faible, incertaine et versatile, au point qu’elle permet, sans faire d’objections, cet étalage du plus indigent esprit philistin ; c’est qu’elle ne sent même pas ce que cette scène a de comique quand un petit magister antiesthétique s’érige en juge d’un Beethoven. Et, pour ce qui en est de Mozart, on devrait vraiment lui appliquer ce qu’Aristote disait de Platon : « Le louer même, n’est pas permis aux médiocres. » Mais ici toute pudeur a disparu, dans le public tout aussi bien que chez le magister. On lui permet, au magister, non seulement de faire publiquement le signe de la croix devant les œuvres les plus hautes et les plus pures du génie germanique, comme s’il se trouvait en face de quelque chose d’immoral et d’impie, on se réjouit