Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations inactuelles, I.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’autres occupations divines que de chanter et de faire de la musique, il va de soi que le philistin à la Strauss ne pourra voir là de perspective consolante. Il y a cependant dans la profession de foi une page toute paradisiaque, c’est la page 294 et le philistin bienheureux ne manquera pas de faire dérouler pour lui ce parchemin. Le ciel tout entier descendra alors jusqu’à lui. « Nous voulons indiquer seulement quelle est notre attitude, écrit Strauss, indiquer quelle fut notre attitude depuis de longues années. À côté de notre profession — car nous appartenons aux professions les plus différentes, et nous ne sommes nullement que des savants et des artistes, mais aussi des fonctionnaires et des soldats, des artisans et des propriétaires, et, comme je l’ai déjà dit, nous ne sommes pas un petit nombre, mais nous sommes plusieurs milliers et non des moindres dans toutes les contrées — à côté de notre profession nous essayons de garder l’esprit aussi ouvert que possible pour tous les intérêts supérieurs de l’humanité. Durant les dernières années nous avons pris un intérêt très vif à la grande guerre nationale et à l’établissement de l’empire allemand. Notre cœur s’élève à la pensée de ce changement, aussi inattendu que magnifique, dans la destinée de notre nation si durement éprouvée. Nous aidons à l’entendement de ces choses par des études historiques, qui sont maintenant devenues accessibles, même au laïque, par