Ouvrir le menu principal

Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/34

Cette page n’a pas encore été corrigée


constructions édifiées par les grandes philosophies, sur les endroits où il est possible d’exercer la critique sa­vante, où la réflexion, le doute, la contradiction sont permis. De la sorte, ils échappent aux exigences de la grande philosophie qui, dans son ensemble, affirme tou­jours qu’elle est l’échange de la vie et que par elle on peut apprendre le sens de sa propre vie. Et, inversement, il te suffira de savoir lire dans ta propre vie pour y deviner les hiéroglyphes de la vie universelle. Voilà aussi l’interprétation qu’il faudra toujours donner en premier lieu à la philosophie de Schopenhauer; elle devra être individuelle, comme un retour de l’individu à lui-même, pour qu’il comprenne sa propre misère et ses propres besoins; sa propre limitation, et qu’il con­naisse les antidotes et les consolations qui ne peuvent être que le sacrifice de son propre moi, la soumission aux intentions les plus nobles, avant tout à la justice et à la miséricorde. Schopenhauer nous apprend à distinguer entre l’augmentation réelle et apparente du bonheur humain ; il nous montre comment ni le fait de s’enrichir ni le fait d’acquérir des honneurs et des connaissances ne peuvent tirer l’individu du méconten­tement que lui cause la non-valeur de sa vie et comment l’aspiration à ces biens n’a de sens que quand on l’éclaire par un but supérieur et universel: acquérir de la puis­sance pour aider la nature et corriger quelque peu ses folies et ses maladresses. Il s’agit tout d’abord d’agir pour soi-même, mais par soi-même, enfin, pour la col­lectivité. C’est là, à vrai dire, une tendance qui ne peut aboutir qu’à une profonde résignation, car que peut-on améliorer encore dans l’individu et dans la généralité ?